Questions fréquentes

  • Comment protéger mon chien contre les tiques?

    L’idéal est de rechercher les tiques dans le pelage de votre animal après chaque promenade. Si une tique se déplace dans les poils ou qu’elle s’est déjà accrochée à la peau, retirez-la immédiatement. Il existe également des produits tels que des colliers anti-tiques ou des comprimés à croquer pour chiens qui agissent en prévention.

    En savoir plus sur les tiques chez le chien.

  • Que faire si mon chat s’est fait piquer par une tique?

    Chez les chats aussi, les tiques doivent être repérées et retirées le plus rapidement possible. Recherchez les tiques dans le pelage de votre compagnon à quatre pattes après chaque escapade. Chez les chats, les parasites suceurs de sang privilégient les endroits où la peau est fine et les poils sont épars. Les tiques se trouvent souvent dans des endroits où les chats ne peuvent pas vraiment s’en débarrasser eux-mêmes.

    En savoir plus sur les tiques chez le chat.

  • Faut-il consulter un médecin en cas de piqûre de tique?

    Contactez impérativement un médecin si vous constatez des symptômes d’une borréliose ou de la FSME après une piqûre de tique.

    Découvrez ici les symptômes d’une piqûre de tique et dans quels cas consulter un médecin.

  • Où les tiques piquent-elles le plus souvent?

    Les tiques choisissent souvent des parties du corps où la peau est fine et bien vascularisée. Toutefois, elles peuvent piquer à n’importe quel endroit du corps. Souvent, ces arachnides ne piquent pas immédiatement, mais remontent d’abord le long du corps. Les points d’attaque préférés des tiques chez l’homme varient en fonction de l’âge. Chez les adultes, elles privilégient le ventre ou la région lombaire, ou encore le creux du genou. Chez les enfants, c’est souvent la limite des cheveux qui les attire.

    Vous découvrirez ici sur quelles parties du corps les tiques piquent le plus souvent.

  • Dans quelles régions trouve-t-on des tiques?

    Les tiques sont présentes dans toute la Suisse. Environ 5 à 30% d’entre elles (jusqu’à 50% à certains endroits) sont porteuses de borrélies. Le risque de borréliose (lien: 6.1 Régions à risque de borréliose) dans toutes les régions de Suisse. Environ 0,5% des tiques sont porteuses du virus de la FSME en Suisse. Seuls les cantons de Genève et du Tessin ne sont pas encore considérés comme des régions à risque de FSME.

  • Quand les tiques sont-elles actives?

    En Suisse, la saison des tiques s’étend en général de mars à novembre. Lorsque les températures descendent sous les 8 degrés Celsius pendant plusieurs jours, les tiques entrent en hibernation. Si le thermomètre affiche des températures moyennes d’au moins 8 degrés plusieurs jours d’affilée pendant l’hiver, les nymphes et les tiques adultes peuvent sortir de leur hibernation ou bien ne pas hiberner du tout.

    Ainsi, le risque de piqûres de tiques et donc de transmission de maladies telles que la borréliose et la FSME est particulièrement élevé de mars à novembre, selon les conditions météorologiques.

  • Wo ist FSME verbreitet?

    Les tiques sont présentes dans toute la Suisse. Seuls les cantons de Genève et du Tessin ne sont pas encore considérés comme des régions à risque de FSME. Environ 0,5% des tiques sont porteuses du virus de la FSME en Suisse.

    Toutefois, lorsqu’une personne se fait piquer par une tique infectée par le virus de la FSME, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle va développer la maladie. Cliquez ici pour en savoir plus sur les FSME.

  • Pendant quels mois le risque de FSME est-il élevé?

    En Suisse, la saison des tiques commence en mars et se termine en novembre. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) surveille les infections par la FSME grâce à un système de déclaration obligatoire. On observe ainsi des vagues de contamination par la FSME pendant les mois chauds.

    En Suisse, les maladies telles que la FSME ou la borréliose, qui sont transmises par les tiques, sont plus fréquentes à certaines saisons. Les tiques sont particulièrement actives de mars à novembre, selon les conditions météorologiques. Lorsque les températures sont douces, les tiques peuvent également être actives en hiver.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur le risque de piqûres de tiques en fonction de la saison.

  • Pourquoi n’existe-t-il pas de vaccin contre la borréliose?

    Il n’existe à ce jour pas encore de vaccin autorisé chez l’humain contre la borréliose. Malgré tout, certaines personnes vaccinées contre une autre maladie pensent être immunisées «contre les tiques» et donc aussi contre les borrélies. Les scientifiques sont à la recherche d’un vaccin depuis des années, mais la médecine n’est pas encore en mesure de mettre sur le marché un produit efficace.

    Concernant les maladies transmises par les tiques, les humains peuvent se faire vacciner contre la FSME, mais pas contre la borréliose. Chez le cheval, l’inverse est vrai: il existe chez les équidés un vaccin préventif contre la borréliose, mais pas contre la FSME.

  • Quels vaccins existent-ils contre les tiques?

    Concernant les maladies transmises par les tiques, les humains peuvent se faire vacciner contre la FSME, mais pas contre la borréliose.

    Deux vaccins différents contre la FSME sont autorisés en Suisse. Chacun est proposé en deux variantes: l’une pour les enfants et l’autre pour les adultes. En savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • Dans quels cas dois-je me faire vacciner contre les tiques?

    Dans le langage courant, on parle parfois de «vaccin contre les tiques», mais ce n’est pas correct: il est en effet impossible de se faire vacciner contre les tiques en soi. Il existe en revanche un vaccin préventif contre la FSME. Aucun vaccin ne permet de se protéger de la borréliose et des autres maladies transmises par les tiques.

    L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande la vaccination contre la FSME à tous les adultes et les enfants (en général à partir de 6 ans) qui résident ou séjournent temporairement dans une zone à risque. La situation des enfants âgés de 1 à 5 an(s) doit être évaluée individuellement.

  • À partir de quel âge peut-on se faire vacciner contre la FSME?

    L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande la vaccination contre la FSME aux enfants à partir de 6 ans qui résident ou séjournent temporairement dans une zone à risque. La situation des enfants âgés de 1 à 5 an(s) doit être évaluée individuellement.

  • Où peut-on se faire vacciner contre les tiques?

    Dans le langage courant, on parle parfois de «vaccin contre les tiques», mais ce n’est pas correct: il est en effet impossible de se faire vacciner contre les tiques en soi. Il existe en revanche un vaccin préventif contre la FSME. En revanche, aucune substance autorisée ne permet à ce jour de protéger les humains de la borréliose. Parmi les maladies transmises par les tiques, il existe chez l’homme uniquement un vaccin contre la FSME. La vaccination contre la FSME peut être effectuée chez un médecin ou dans certaines pharmacies.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • Où peut-on se faire vacciner contre la FSME?

    La vaccination contre la FSME peut être effectuée chez le médecin de famille ou dans certaines pharmacies.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • Quels sont les effets secondaires du vaccin contre la FSME?

    Le vaccin contre la FSME est généralement bien toléré. Près d’un tiers des personnes signalent des rougeurs, des gonflements et/ou des douleurs à l’endroit de la piqûre d’aiguille. Ces réactions locales disparaissent après 1 à 2 jour(s). D’autres effets secondaires tels que maux de tête, fatigue, nausées et douleurs musculaires et articulaires sont également possibles. Une fièvre survient occasionnellement. On observe dans de très rares cas des réactions allergiques graves et dans des cas extrêmement rares des effets neurologiques graves.

    La vaccination contre la FSME est, selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), la méthode la plus fiable permettant de limiter le risque de cette maladie virale dans les régions endémiques. En savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • Pourquoi faut-il se faire vacciner plusieurs fois contre la FSME?

    Une vaccination de base complète contre la FSME nécessite trois injections (=trois doses). Deux injections procurent déjà une protection temporaire. Les deux premières injections sont généralement administrées à un intervalle de 1 à 3 mois. La troisième injection permet d’obtenir une protection à long terme. Selon le vaccin, elle doit être effectuée 5 ou 9 à 12 mois après la deuxième dose. L’OFSP recommande d’effectuer un rappel tous les 10 ans après la troisième injection.

    Si des symptômes apparaissent chez vous après une injection, veuillez consulter immédiatement un médecin.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • À quelle fréquence faut-il effectuer des rappels du vaccin contre la FSME?

    Une vaccination complète avec trois injections offre une protection à long terme contre la FSME. L’OFSP recommande d’effectuer un rappel tous les dix ans après la troisième injection.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • Pendant combien de temps la vaccination contre la FSME offre-t-elle une protection?

    Une vaccination complète avec trois injections offre une protection à long terme contre la FSME. L’OFSP recommande d’effectuer un rappel tous les dix ans après la troisième injection.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • Dans quelles régions de Suisse la vaccination contre la FSME est-elle recommandée?

    L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande à tous les adultes et tous les enfants à partir de 6 ans vivant dans les régions à risque de FSME ou y séjournant ponctuellement de se faire vacciner. La situation des enfants âgés de 1 à 5 an(s) doit être évaluée individuellement.

  • Où se trouve le vaccin contre les tiques dans le carnet de vaccination?

    Dans le langage courant, on parle parfois de «vaccin contre les tiques», mais ce n’est pas correct: il est en effet impossible de se faire vacciner contre les tiques en soi. Il existe en revanche un vaccin préventif contre la méningo-encéphalite à tiques (FSME). Cette maladie infectieuse peut être transmise à l’homme par une piqûre de tique.

    Chaque injection d’un vaccin contre la FSME est consignée dans la rubrique «Autres vaccinations» du carnet de vaccination. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande à tous les adultes et tous les enfants à partir de 6 ans vivant dans les régions à risque de FSME ou y séjournant ponctuellement de se faire vacciner. La situation des enfants âgés de 1 à 5 an(s) doit être évaluée individuellement. En savoir plus sur la vaccination contre la FSME .

  • À quoi faut-il faire attention après une vaccination contre les tiques?

    Dans le langage courant, on parle parfois de «vaccin contre les tiques», mais ce n’est pas correct: il est en effet impossible de se faire vacciner contre les tiques en soi. Il existe en revanche un vaccin préventif contre la FSME. Le vaccin contre la FSME est généralement bien toléré. Près d’un tiers des personnes signalent des rougeurs, des gonflements et/ou des douleurs à l’endroit de l’injection. Ces réactions locales disparaissent après 1 à 2 jour(s).

    D’autres effets secondaires tels que maux de tête, fatigue, nausées et douleurs musculaires et articulaires sont également possibles. De la fièvre survient occasionnellement. On observe dans de très rares cas des réactions allergiques graves et dans des cas extrêmement rares des effets neurologiques graves.

    Si des symptômes apparaissent chez vous après une injection, veuillez consulter un médecin.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • Pendant combien de temps la vaccination contre les tiques offre-t-elle une protection?

    Dans le langage courant, on parle parfois de «vaccin contre les tiques», mais ce n’est pas correct: il est en effet impossible de se faire vacciner contre les tiques en soi. Il existe en revanche un vaccin préventif contre la FSME. Une vaccination complète avec trois injections offre une protection à long terme contre la FSME. L’OFSP recommande ensuite un rappel tous les dix ans.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la vaccination contre la FSME.

  • En combien de temps le vaccin contre les tiques agit-il?

    Dans le langage courant, on parle parfois de «vaccin contre les tiques», mais ce n’est pas correct: il est en effet impossible de se faire vacciner contre les tiques en soi. Il existe en revanche un vaccin préventif contre la FSME. Une vaccination de base complète contre la FSME nécessite trois injections (=trois doses). Deux injections procurent déjà une protection temporaire. Les deux premières injections sont généralement administrées à un intervalle de 1 à 3 mois. La troisième injection permet d’obtenir une protection à long terme. Selon le vaccin, elle doit être effectuée 5 à 12 mois après la deuxième injection. L’OFSP recommande d’effectuer un rappel tous les 10 ans après la troisième injection.

    Remarque importante: Il est peu probable que la vaccination contre la FSME agisse suffisamment rapidement pour éviter une FSME lorsqu’elle est pratiquée après une piqûre de tique.

  • Quels sont les symptômes de la FSME?

    Si, après une piqûre de tique, une méningo-encéphalite à tiques (FSME) se déclare, les premiers symptômes de la maladie apparaissent au bout de 7 à 14 jours en moyenne. Souvent, ces premiers symptômes ne sont pas associés à une piqûre de tique. Dans sa phase initiale, la FSME peut être confondue avec une grippe, les symptômes étant très similaires.

    En général, durant cette phase, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes au bout de quelques jours. La plupart des patients ont ainsi surmonté la FSME. Chez environ 5 à 15% des personnes infectées, la maladie entre dans une seconde phase après un intervalle sans symptômes. Dans cette phase, le virus de la FSME s’attaque au système nerveux central et peut provoquer une inflammation des méninges ou du cerveau. Les symptômes peuvent alors être de la fièvre, des maux de tête et des douleurs à la nuque jusqu’à des troubles de la conscience et des paralysies.

    Apprenez-en plus sur les symptômes possibles de la FSME.

  • Quels animaux transmettent-ils la FSME?

    En Suisse, c’est normalement l’espèce de tique Ixodes ricinus ou tique du mouton qui transmet le virus de la FSME. Mais une contagion peut également avoir lieu du fait de la consommation de lait ou de produits laitiers non pasteurisés.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la FSME et d’autres maladies transmissibles par les tiques.

  • Qu’est-ce que la FSME?

    La méningo-encéphalite verno-estivale (FSME) ou dans le langage courant l’encéphalite à tiques est une maladie infectieuse (encéphalite = inflammation du cerveau) due au virus de la FSME. Il est avéré que les agents pathogènes sont transmis lors d’une piqûre de tique. La FSME est une infection virale qui peut toucher le système nerveux central. Dans 70 à 90% des cas, l’infection par le virus passe cependant inaperçue et ne s’accompagne quasiment d’aucun symptôme.

    Si la maladie se déclare, les premiers signes apparaissent en moyenne au bout de 7 à 14 jours après la piqûre de tique. Dans les formes les plus graves, des troubles de la conscience et des paralysies peuvent même apparaître.

    Il n’existe aucun médicament à même de lutter contre le virus. Par conséquent, le traitement se limite à soulager les symptômes. Un traitement causal de la FSME étant impossible, la thérapie consiste à administrer des médicaments antipyrétiques (contre la fièvre) et antalgiques (contre la douleur). Toutefois, il est possible de prévenir la maladie grâce à un vaccin.
    En savoir plus sur la FSME.

  • Que faire en cas de FSME?

    Il n’existe aucun traitement spécifique contre la méningo-encéphalite à tiques (FSME). Par conséquent, le traitement se limite à soulager les symptômes en administrant surtout des médicaments antipyrétiques (contre la fièvre) et antalgiques (contre la douleur) aux patients.

    Étant donné qu’en cas de FSME, les options thérapeutiques sont limitées, il est recommandé de prendre des mesures préventives pour éviter les piqûres de tiques. Il est par ailleurs possible de prévenir la maladie en se faisant vacciner.

    Si vous souffrez de symptômes physiques après une piqûre de tique, il est impératif de consulter un médecin. Il procédera à un examen pour détecter les maladies infectieuses transmises par les tiques comme la FSME et la borréliose.

  • Quand les symptômes de la FSME apparaissent-ils?

    Dans 70 à 90% des cas, l’infection par le virus de la FSME passe inaperçue et ne s’accompagne quasiment d’aucun symptôme. Si la maladie se déclare, les premiers signes apparaissent en moyenne au bout de 7 à 14 jours après la piqûre de tique.

    Souvent, les premiers symptômes de la FSME ne sont pas associés à une piqûre de tique. Dans sa phase initiale, la maladie peut être confondue avec une grippe, les symptômes étant très similaires: fièvre, fatigue, maux de tête et courbatures.

    Au bout de quelques jours, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes. La plupart des patients ont ainsi surmonté la FSME, une immunité à vie étant même probable. Toutefois, chez environ 5 à 15% des patients, la maladie entre dans une seconde phase après un intervalle sans symptômes.

    Dans la deuxième phase, le virus de la FSME s’attaque au système nerveux central. La forme la plus bénigne est dans ce cas l’inflammation des méninges, appelée méningite, qui s’accompagne de symptômes tels qu’une forte fièvre et de graves maux de tête et souvent aussi d’une nuque raide. Dans les formes plus graves, la méningite peut s’accompagner d’une encéphalite. On parle alors de méningo-encéphalite. À ce stade, l’inflammation touche le cerveau et la moelle osseuse. Les symptômes peuvent être des troubles de la conscience, des paralysies au niveau des bras et des jambes ou encore du visage, et des convulsions.

    Apprenez-en plus sur les symptômes de la FSME.

  • Combien de temps dure une méningo-encéphalite?

    Si la maladie se déclare, la première phase peut durer de 1 à 8 jour(s). Dans la plupart des cas, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes au bout de quelques jours. La plupart des patients ont ainsi surmonté la FSME.

    Toutefois, chez environ 5 à 15% des patients, la maladie entre dans une seconde phase après un intervalle sans symptômes. En fonction de l’étendue de la maladie et des organes touchés, la deuxième phase peut durer plus ou moins longtemps: selon la forme de FSME développée, la maladie peut durer de quelques semaines à plusieurs mois.

    Apprenez-en plus sur les symptômes de la FSME .

  • Quel médecin consulter en cas de soupçon de FSME?

    En cas de soupçon de FSME, consultez de préférence sans tarder votre médecin de famille. Si nécessaire, il vous orientera vers un spécialiste. Dans les cas de maladies infectieuses transmises par les tiques, les spécialistes sont en général les infectiologues des hôpitaux universitaires et cantonaux.

    Si, après une piqûre de tique, vous souffrez de symptômes tels que des maux de tête ou des douleurs articulaires, de symptômes pseudo-grippaux ou d’une rougeur cutanée, consultez impérativement un médecin.

    Apprenez-en plus sur les symptômes de la FSME.

  • Quand dois-je consulter un médecin en cas de soupçon de FSME?

    Si, après une piqûre de tique, vous souffrez de symptômes tels que des maux de tête ou des douleurs articulaires, de symptômes pseudo-grippaux ou d’une rougeur cutanée, il est recommandé de consulter un médecin le plus rapidement possible. Un spécialiste analysera vos symptômes, examinera l’endroit de la piqûre et instaurera un traitement si nécessaire.

  • Quels animaux transmettent-ils la borréliose?

    Ce sont principalement les tiques qui transmettent la borréliose par piqûre, mais elles ne sont les pas les seules. Tabanus sudeticus, plus connu sous le nom de «taon des Sudètes» ou simplement «taon», les moustiques et les poux peuvent également être vecteurs de la maladie. Selon les connaissances actuelles, une réelle infection par borréliose est toutefois nettement plus rare qu’après une piqûre de tique.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les autres maladies transmissibles par les tiques.

  • Quand une borréliose peut-elle être détectée après une piqûre de tique?

    À un stade précoce, le principal symptôme pour détecter et diagnostiquer la borréliose est l’érythème migrant. Cependant, cette rougeur cutanée n’apparaît que chez la moitié environ des personnes piquées. Pour poser le diagnostic, le médecin doit tenir compte des antécédents du patient, des symptômes et des résultats et, si nécessaire, il doit procéder à des analyses sanguines.

    Souvent, les anticorps dirigés contre les borrélies ne peuvent pas être détectés à un stade précoce de l’infection. Le système immunitaire a besoin d’un peu de temps pour produire des anticorps spécifiquement dirigés contre les borrélies. Il est donc fort possible qu’un test de dépistage de la borréliose soit négatif bien que les premiers symptômes se soient déjà déclarés, par exemple des symptômes caractéristiques comme l’érythème migrant ou de la fièvre. En outre, certaines personnes produisent peu d’anticorps contre les borrélies.

    Un test sérologique positif montre uniquement que le patient a développé une infection à borrélies par le passé, mais pas à quel moment. Les tests sanguins disponibles n’étant pas toujours fiables, il est difficile de poser un diagnostic de borréliose.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les symptômes de la borréliose. Consultez impérativement un médecin si vous constatez des symptômes d’une borréliose ou de la FSME après une piqûre de tique.

  • Quand les premiers symptômes de la borréliose apparaissent-ils après une piqûre de tique?

    Le premier symptôme d’une borréliose peut être une rougeur locale à l’endroit de la piqûre, qui s’étend et forme un cercle. Dans près de la moitié des cas d’infection, cette rougeur cutanée, appelée érythème migrant, apparaît dans les premières semaines suivant la piqûre. Toutefois, l’absence de rougeur n’exclut pas pour autant la borréliose. Au stade précoce de la maladie, d’autres symptômes pseudo-grippaux se manifestent souvent, tels qu’abattement, fièvre ou maux de tête en plus de l’érythème migrant. L’érythème disparaît de lui-même au bout de quelques semaines.

    Consultez impérativement un médecin si vous présentez des symptômes d’une borréliose ou de la FSME après une piqûre de tique. Toutefois, souvenez-vous qu’il peut parfois se passer plusieurs semaines avant que des symptômes se déclarent. Observez par conséquent attentivement la partie concernée de la peau et votre état de santé après une piqûre de tique.

  • Quand une borréliose se déclare-t-elle après une piqûre de tique?

    Le premier stade se déclare entre 2 et 30 jours après l’infection. Entre la piqûre de tique et les deux stades avancés de la borréliose, il peut s’écouler de quelques semaines à des années.

    Contactez impérativement un médecin si vous présentez des symptômes d’une borréliose ou de la FSME  après une piqûre de tique. Toutefois, souvenez-vous qu’il peut parfois se passer plusieurs semaines avant que des symptômes se déclarent. Observez par conséquent attentivement la partie concernée de la peau et votre état de santé après une piqûre de tique.

  • En cas de borréliose, quand un érythème migrant apparaît-il?

    Un des symptômes caractéristiques de la borréliose est l’érythème migrant. Il s’agit d’une rougeur cutanée circulaire que l’on observe quelques jours ou semaines après une piqûre de tique, généralement autour de cette dernière. L’endroit de la piqûre reste habituellement pâle. Dans près de la moitié des cas d’infection, cet érythème migrant apparaît dans les premières semaines après la piqûre, mais pas chez toutes les personnes concernées. L’absence d’érythème migrant n’exclut donc pas pour autant la borréliose de Lyme.
    Si vous remarquez des symptômes pseudo-grippaux ou une rougeur cutanée autour de l’endroit de la piqûre après vous être fait piquer par une tique, consultez un médecin le plus rapidement possible.

    En savoir plus sur les symptômes de la borréliose.

  • Quand faut-il faire des analyses de sang en cas de borréliose?

    Consultez impérativement un médecin si vous présentez des symptômes d’une borréliose ou de la FSME après une piqûre de tique. Si vous remarquez des symptômes pseudo-grippaux ou une rougeur cutanée autour de l’endroit de la piqûre après vous être fait piquer par une tique, consultez un médecin. Toutefois, souvenez-vous qu’il peut parfois se passer plusieurs semaines avant que des symptômes se déclarent.
    Le médecin vous posera des questions sur vos symptômes et examinera la piqûre. Si la rougeur cutanée (érythème migrant) indique clairement qu’il s’agit d’une borréliose, des analyses de sang ne sont parfois pas nécessaires.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les options thérapeutiques en cas de borréliose.

  • Quels sont les symptômes de la borréliose?

    Au stade précoce de la maladie, d’autres symptômes pseudo-grippaux se manifestent, tels qu’abattement, fièvre ou maux de tête en plus de l’érythème migrant. L’érythème disparaît de lui-même au bout de quelques semaines.

    Aux stades avancés, les symptômes de la borréliose sont variés: ils peuvent prendre la forme, entre autres, de douleurs articulaires, de troubles de la vision, de paralysies ou même de lésions neurologiques. En savoir plus sur les symptômes de la borréliose.

    Pour éviter les symptômes graves, il est important de traiter rapidement la borréliose.

    Si vous remarquez des symptômes pseudo-grippaux ou une rougeur cutanée autour de l’endroit de la piqûre après vous être fait piquer par une tique, consultez un médecin le plus rapidement possible.

  • Où faire traiter une borréliose?

    Si vous remarquez des symptômes pseudo-grippaux ou une rougeur cutanée autour de l’endroit de la piqûre après vous être fait piquer par une tique, consultez immédiatement votre médecin de famille. Celui-ci vous posera des questions sur vos symptômes, examinera la piqûre et instaurera un traitement direct au besoin.

    Si nécessaire, il vous orientera vers un spécialiste. Dans les cas de maladies infectieuses transmises par les tiques, les spécialistes sont en général les infectiologues des hôpitaux universitaires et cantonaux.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les options thérapeutiques en cas de borréliose.

  • Comment faire un test de dépistage de la borréliose?

    Si, après une piqûre de tique, vous souffrez de symptômes laissant supposer une borréliose, veuillez consulter un médecin. Celui-ci vous posera des questions sur vos symptômes, examinera la piqûre et décidera si des analyses de sang sont nécessaires pour pouvoir poser le diagnostic.

    En savoir plus sur les symptômes de la borréliose.

  • D’où vient la borréliose?

    Par borréliose, infection à borrélies ou maladie de Lyme, on entend toujours la borréliose de Lyme. L’expression «de Lyme» vient des petites villes de «Lyme» et «Old Lyme» situées dans le Connecticut, aux États-Unis. C’est là que la borréliose de Lyme (Lyme disease) a été décrite pour la première fois en 1975 en tant que maladie à part entière.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur ce qu’est la borréliose et sur la manière dont la maladie se manifeste.

  • Quels tests de dépistage de la borréliose existe-t-il?

    Si, après une piqûre de tique, vous présentez des symptômes pseudo-grippaux ou des rougeurs cutanées autour de l’endroit de la piqûre, consultez immédiatement votre médecin de famille. Celui-ci vous posera des questions sur vos symptômes, examinera la piqûre et décidera si des analyses de sang sont nécessaires pour pouvoir poser le diagnostic.

    Il existe plusieurs tests de dépistage de la borréliose qui se concentrent sur les anticorps dirigés contre les borrélies présents dans le sang. Discutez avec votre médecin de famille des possibilités de dépistage d’une infection à borrélies.

  • Quels types de borréliose existe-t-il?

    Les borrélies font partie de l’espèce de bactéries appelée Borrelia burgdorferi, qui est elle-même subdivisée en plusieurs espèces. On distingue aujourd’hui 37 espèces de borrélies différentes. En fonction de l’espèce, différents organes sont touchés au fur et à mesure de l’évolution de la maladie.

    Par borréliose, infection à borrélies ou maladie de Lyme, on entend toujours la borréliose de Lyme. Si cette infection bactérienne n’est pas traitée, on parle également de borréliose chronique.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la maladie qu’est la borréliose et sur les symptômes qui y sont liés.

  • Qu’est-ce qu’un lymphocytome borrélien?

    Le lymphocytome borrélien est une altération de la peau qui survient dans les deux premiers mois suivant une infection à borrélies. Le lymphocytome borrélien est un petit nodule violacé qui apparaît au niveau de la poitrine ou dans la région génitale, ou encore sur le lobe de l’oreille. Il touche principalement les enfants et les adolescents ou encore les femmes.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les symptômes de la borréliose.

  • Qu’est-ce que la neuroborréliose?

    Par neuroborréliose, on entend une forme évolutive de la borréliose durant laquelle les borrélies se propagent dans l’organisme et attaquent le cerveau ou les voies nerveuses. Si la borréliose touche le système nerveux, la maladie se manifeste généralement au deuxième stade.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les symptômes de la borréliose.

  • Qu’est-ce que l’arthrite de Lyme?

    L’arthrite de Lyme, une inflammation évoluant par poussées ou chronique, apparaît au troisième stade de la borréliose. Elle touche une ou plusieurs articulations, par exemple du genou ou du coude.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les symptômes de la borréliose.

  • Qu’est-ce que l’acrodermatite?

    Dans de rares cas, une acrodermatite peut se développer au stade avancé de la borréliose (troisième stade). Il s’agit d’une inflammation cutanée chronique des jambes, bras, doigts et orteils. L’acrodermatite touche surtout les femmes relativement âgées.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les symptômes de la borréliose.

  • Quel médecin consulter en cas de soupçon de borréliose?

    Si, après une piqûre de tique, vous présentez des symptômes laissant supposer une borréliose ou une FSME, consultez immédiatement votre médecin de famille. Celui-ci procédera à d’autres examens et instaurera rapidement, au besoin, un traitement.

    Si nécessaire, il vous orientera vers un spécialiste. Dans les cas de maladies infectieuses transmises par les tiques, les spécialistes sont en général les infectiologues des hôpitaux universitaires et cantonaux.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les options thérapeutiques en cas de borréliose.

  • Qu’est-ce que la borréliose?

    Par borréliose, infection à borrélies ou maladie de Lyme, on entend toujours la borréliose de Lyme. Dans l’hémisphère nord, la borréliose de Lyme est la maladie infectieuse la plus fréquemment transmise par les tiques. Il s’agit d’une infection d’origine bactérienne qui peut toucher plusieurs organes et présente des formes diverses.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur la borréliose ou sur les symptômes de cette maladie infectieuse.

  • Que faire en cas de borréliose?

    En cas de soupçon de borréliose, mieux vaut consulter immédiatement votre médecin de famille. Celui-ci vous posera des questions sur vos symptômes, examinera la piqûre et instaurera rapidement, au besoin, un traitement. En outre, il pourra exclure d’autres maladies transmises par les tiques comme la FSME.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les options thérapeutiques en cas de borréliose.

  • Pourquoi est-il difficile de combattre la borréliose?

    Une infection à borrélies peut être traitée par des antibiotiques. Plus elle est traitée tôt, plus le traitement est prometteur de réussite. Un traitement rapide permet d’empêcher la propagation de la maladie dans l’organisme.

    À un stade avancé ou en cas de symptômes chroniques, des perfusions d’antibiotiques pendant plusieurs semaines peuvent être nécessaires.

    Il n’est pas facile de diagnostiquer la borréliose: d’une part, parce que les tests disponibles ne sont pas toujours fiables, et, d’autre part, parce qu’en raison de la variété des symptômes, il arrive souvent que l’on ne pense pas à une borréliose. C’est pourquoi, dans certains cas, la maladie est diagnostiquée tardivement, voire pas du tout.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les options thérapeutiques en cas de borréliose.

  • Pourquoi est-il si difficile de diagnostiquer la borréliose?

    Chez l’homme, le tableau clinique des personnes atteintes de borréliose est très varié, raison pour laquelle il est difficile de la distinguer d’autres maladies lors du diagnostic. Pendant la première phase, les symptômes, prenant souvent la forme de fièvre, de maux de tête et de douleurs articulaires, peuvent être facilement confondus avec ceux d’une grippe.

    Étant donné qu’il existe plusieurs espèces de borrélies, la maladie évolue aussi différemment. En fonction de l’espèce, différents organes sont touchés au fur et à mesure que la maladie évolue. Il est décisif d’instaurer un traitement rapidement dès que la maladie se déclare. Toutefois, les tests disponibles n’étant pas toujours fiables, il est difficile de poser un diagnostic. Souvent, on ne pense pas à une infection à borrélies.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les options thérapeutiques en cas de borréliose.

  • Quelles tiques transmettent-elles la borréliose?

    En Suisse, c’est en général l’espèce de tique Ixodes ricinus ou tique du mouton qui transmet les agents pathogènes de la borréliose.

    Apprenez-en plus sur la borréliose et sur les autres maladies pouvant être transmises par les tiques (lien).

  • Les tiques mordent-elles ou piquent-elles?

    D’un point de vue scientifique, le terme de morsure de tique n’est pas exact. Ces parasites sont dotés d’un rostre et disposent d’une pièce buccale qui fonctionne comme des ciseaux. Dès que les tiques trouvent l’endroit idéal pour piquer, elles entaillent la peau, piquent le tissu à l’aide de leur rostre et commencent à sucer le sang. Toutes les tiques doivent se nourrir de sang pour se développer et se reproduire. Ces parasites trouvent du sang chez d’autres êtres vivants tels que les humains, les animaux sauvages ou domestiques. Lorsqu’elles piquent, les tiques peuvent transmettre à leur victime des maladies telles que la borréliose ou la FSME.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les tiques et les espèces de tiques présentes en Suisse.

  • Quelles tiques piquent-elles les humains?

    Toutes les tiques ont besoin de repas de sang pour survivre et passer au stade suivant de leur développement. Elles se procurent du sang en piquant dans la peau de leurs victimes. Cependant, toutes les tiques ne sont pas porteuses de maladies telles que la FSME ou la borréliose. Il existe par ailleurs des espèces de tiques qui peuvent être particulièrement dangereuses pour les animaux.

  • Quelles tiques sont-elles dangereuses pour l’homme?

    Si la tique est infectée par des agents pathogènes, sa piqûre peut avoir des conséquences sur la santé, que ce soit chez l’homme ou chez des animaux, dont le chien ou le chat. Outre le virus de la FSME et les bactéries de la borréliose  désormais connus, les parasites suceurs de sang peuvent également porter en eux de nombreux autres pathogènes.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les maladies transmissibles par les tiques.

  • Quelles sont les espèces de tiques?

    Il existe environ 850 espèces de tiques différentes dans le monde. En Suisse, c’est la tique du mouton, Ixodes ricinus, qui est la plus répandue. Elle vit le plus souvent à la lisière des forêts, aux abords des clairières ou des cours d’eau, mais aussi dans les jardins ou les parcs.
    Cliquez ici pour en savoir plus sur les autres espèces de tiques.

  • Quelles tiques sucent-elles le sang?

    Toutes les tiques doivent se nourrir de sang pour se développer et se reproduire. Ces parasites trouvent du sang chez d’autres êtres vivants tels que les humains, les animaux sauvages ou domestiques. Lorsqu’elles piquent, les tiques peuvent transmettre à leur victime des maladies telles que la borréliose ou la FSME.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les tiques et les espèces de tiques présentes en Suisse.

À propos de la campagne

«piqure-de-tique.ch» est une campagne de sensibilisation aux tiques et aux maladies transmises par les tiques. Vous trouverez sur ce site des informations complètes à propos des tiques, des moyens de protection contre les piqûres de tiques et des risques liés aux maladies transmises par les tiques. Prenez contact avec un médecin ou un pharmacien si des symptômes apparaissent suite à une piqûre de tique ou si vous avez des questions à propos de votre santé.
L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) salue la campagne «piqure-de-tique.ch».