Zones à risque de FSME en Suisse

Désormais, presque toutes les régions de Suisse sont considérées comme à risque de transmission de la méningo-encéphalite à tiques (FSME). Seuls les cantons de Genève et du Tessin sont épargnés jusqu’à présent. La maladie se transmet par la piqûre d’une tique infectieuse.

Cet article répond aux questions suivantes:

Quelles sont les régions à risque de FSME en Suisse?

Où vivent les tiques qui transmettent la FSME?

Comment se protéger du virus de la FSME?

Données clés sur la FSME en Suisse

  • Compte tenu de l’augmentation des cas de FSME au cours de ces dernières années, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a étendu les zones à risque de FSME début 2019.
  • Seuls les cantons de Genève et du Tessin sont pour l’instant exclus de cette classification.
  • Ainsi, tout le pays à l’exception de ces deux cantons est considéré comme une région de propagation de la FSME.
  • L’OFSP recommande à tous les adultes et enfants (généralement à partir de 6 ans) habitant dans des zones endémiques ou y séjournant temporairement de se faire vacciner contre la FSME.

Le risque d’infection par la FSME existe dans presque toute la Suisse

La méningo-encéphalite à tiques est particulièrement répandue dans une grande partie de l’Europe de l’Est et de la Russie. Cette maladie principalement transmise par les tiques gagne également du terrain dans d’autres régions d’Europe, et notamment en Suisse. Désormais l’ensemble du pays, à l’exception des cantons de Genève et du Tessin, est considéré comme une zone à risque. Dans les régions classifiées comme étant à risque vivent des tiques qui peuvent transmettre le pathogène de la FSME.

Zones à risque de FSME
Presque toute la Suisse, à l’exception des cantons de Genève et du Tessin, est désormais considérée comme une région à risque de FSME (en vert foncé).

On trouve des tiques infectées jusqu’à 2000 m d’altitude

L’habitat des tiques présente des caractéristiques claires: les endroits qu’elles privilégient sont moyennement humides et se trouvent dans des forêts de feuillus et des forêts mixtes comportant des sous-bois denses. Les tiques peuvent également investir les jardins ou les parcs municipaux. En Suisse, on trouve des tiques infectées par le virus de la FSME jusqu’à près de 2000 mètres d’altitude. Dans les zones de propagation de cette maladie infectieuse, environ 0,5% des tiques sont porteuses du virus. Le risque de se faire piquer par une tique et éventuellement de contracter la FSME est donc présent que ce soit lors des promenades en forêt ou des randonnées en montagne.

L’OFSP recommande à la population suisse de se faire vacciner contre la FSME

Le risque d’exposition peut varier selon la profession – les agriculteurs et sylviculteurs étant particulièrement exposés – ou les loisirs pratiqués en extérieur. Mais une chose est sûre: les personnes s’adonnant fréquemment à des activités en plein air ont un risque plus élevé d’être piquées par une tique. L’OFSP recommande toutefois la vaccination contre la FSME à tous les adultes et les enfants (en général à partir de 6 ans) qui résident ou séjournent temporairement dans une zone à risque (tous les cantons à l’exception de Genève et du Tessin).

Se protéger en amont pour ne laisser aux tiques aucune chance de piquer

Les tiques peuvent transmettre d’autres maladies à l’homme, notamment la borréliose. Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie. De ce fait, même les personnes vaccinées contre la FSME doivent se protéger au mieux des piqûres de tiques. Quelques conseils et mesures de protection vous permettent de réduire le risque de vous faire piquer.

Cliquez ici si vous voulez en savoir plus sur les régions à risque de borréliose.

Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?

À propos de la campagne

«piqure-de-tique.ch» est une campagne de sensibilisation aux tiques et aux maladies transmises par les tiques. Vous trouverez sur ce site des informations complètes à propos des tiques, des moyens de protection contre les piqûres de tiques et des risques liés aux maladies transmises par les tiques. Prenez contact avec un médecin ou un pharmacien si des symptômes apparaissent suite à une piqûre de tique ou si vous avez des questions à propos de votre santé.
L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) salue la campagne «piqure-de-tique.ch».