Redirection dans 8

Vous allez quitter le site www.piqure-de-tique.ch et être redirigé vers un site externe. Le fournisseur de ce site externe est responsable du contenu et de l’exactitude des informations. Le fournisseur de www.piqure-de-tique.ch n’a aucune influence dessus.

La FSME en bref

  • Également connue sous le nom de méningo-encéphalite à tiques ou méningo-encéphalite verno-estivale.
  • La méningo-encéphalite est une inflammation des méninges et du cerveau.
  • Elle est causée par un virus dont les tiques ne sont porteuses que dans régions spécifiques de la Suisse.
  • Une analyse de sang permet de poser le diagnostic.
  • Cette maladie peut entraîner des complications graves.
  • Il existe un vaccin contre la méningo-encéphalite à tiques.
  • Comme il s’agit d’une infection virale, une antibiothérapie n’est pas envisageable.

Phases et symptômes de la méningo-encéphalite verno-estivale

On ne dispose pas de traitement spécifique de la maladie. Le traitement vise uniquement à soulager les symptômes. De ce fait, la vaccination préventive constitue la seule méthode fiable et praticable pour minimiser, de manière préventive, le risque dans les zones endémiques. La FSME évolue généralement en deux phases:

1 à 2 semaines après la piqûre

7 à 14 jours après la piqûre de tique, certaines personnes développent des symptômes pseudo-grippaux tels que maux de tête, fièvre, fatigue ou troubles articulaires. Ces troubles disparaissent au bout de quelques jours, si bien que l’on ne fait que rarement le lien avec une piqûre de tique. Pour la plupart des patients, la maladie s’arrête là et ils resteront probablement immunisés à vie.

Plusieurs semaines après la piqûre

Néanmoins, une atteinte du système nerveux central est susceptible de se manifester chez environ 5 à 15% des personnes malades. Au cours de cette seconde phase de la maladie, divers symptômes – méningite associée à une raideur de la nuque, maux de tête violents, photophobie, vertiges, problèmes de concentration, troubles de la parole et de la marche – peuvent apparaître et persister plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Dans les formes les plus graves, une paralysie des bras, des jambes ou des nerfs faciaux peut s’installer, entraînant des séquelles permanentes. Parmi les patients atteints de FSME qui présentent des symptômes neurologiques, environ 1% décède. Dans la majorité des cas, les enfants souffrent de formes moins graves.