Habitat de la tique

Toutes les tiques doivent se nourrir de sang pour se développer et se reproduire. Ces parasites en trouvent chez d’autres êtres vivants tels que les humains ou les animaux sauvages et domestiques. Par leurs piqûres, elles peuvent transmettre des maladies telles que la borréliose ou la FSME.

Cet article répond aux questions suivantes:

Quels sont les habitats préférés des tiques?

Quel âge les tiques peuvent-elles atteindre?

Comment les tiques se reproduisent-elles?

5 faits sur le cycle de vie et l’habitat des parasites suceurs de sang

  1. Elles ont besoin de plusieurs repas de sang.
  2. Elles vivent 3 à 6 ans selon le climat et la nourriture qu’elles trouvent.
  3. Les femelles pondent jusqu’à 3000 œufs.
  4. Leurs habitats préférés sont la lisière des forêts, les herbes, les arbustes ou les buissons.
  5. On en trouve jusqu’à 2000 m d’altitude.

Cycle de vie des tiques

Au début de leur vie, ces arachnides suceurs de sang sont des larves. Le corps des larves ne mesure que 0,5 millimètre au maximum et n’a que six pattes à ce stade de développement. Une fois que la tique a ingéré du sang pour la première fois, la quatrième paire de pattes pousse et la larve devient nymphe. Les nymphes atteignent une taille de 1 à 2 millimètre(s) et leur corps est blanc à translucide. Après un autre repas de sang, la nymphe devient une tique adulte prête à s’accoupler.

Après l’accouplement, la femelle adulte a besoin d’un nouveau repas de sang pour pondre ses œufs. Elle pond jusqu’à 3000 œufs dans les feuilles mortes suite à sa fécondation. Les mâles meurent juste après l’accouplement, les femelles après la ponte. Ces suceurs de sang survivent en moyenne 3 à 6 ans dans la nature.

De la larve à la tique

De la larve à la tique
Le cycle de vie d’une tique dure en moyenne 3 à 6 ans. 2 Elle a besoin d’un repas de sang entre chaque phase de développement jusqu’à atteindre la maturité.

Les tiques font preuve de bonnes capacités d’adaptation à leur habitat

Lisières des forêts, clairières, sentiers forestiers et haies des forêts de feuillus et de forêts mixtes comportant des zones herbeuses et buissonnantes denses, mais aussi herbes hautes et broussailles comptent parmi les habitats préférés des tiques. Ces parasites suceurs de sang vivent de préférence dans des climats tempérés, mais possèdent une très grande capacité d’adaptation à l’altitude et à l’humidité. Ils élisent également domicile dans des parcs ou des jardins, en particulier s’ils se trouvent à proximité de forêts et comportent des arbustes, des arbres ou de hautes herbes. Toutefois, si la température descend en dessous des 8 degrés Celsius pendant plusieurs jours, l’arachnide entre en hibernation et cesse d’être actif.

Les suceurs de sang guettent souvent leurs proies dans les buissons ou les herbes

La tique se nourrit du sang de ses victimes. Lorsqu’elle pique, elle peut transmettre des maladies telles que la borréliose ou la méningo-encéphalite à tiques (FSME). Contrairement à une idée reçue, les tiques ne grimpent pas aux arbres pour se parachuter sur leurs victimes lors de leur chasse au sang. Ces parasites grimpent généralement jusqu’à la hauteur des genoux et des hanches humains. Elles sont donc bien plus présentes dans les buissons et les herbes que sur les arbres. Elles y attendent patiemment l’occasion de s’accrocher à leurs hôtes, qui peuvent être des humains ou des animaux sauvages ou domestiques.

Les tiques infectées par des borrélies ou le virus de la FSME peuvent transmettre ces agents pathogènes à leurs hôtes lors de la piqûre. Les pathogènes peuvent provoquer chez l’homme des infections qui se manifestent par de la fièvre, un abattement, mais aussi des symptômes plus graves. Cliquez ici pour en savoir plus sur les symptômes de la borréliose et les symptômes de la FSME. Dès que la tique est gorgée de sang, elle se laisse tomber sur le sol.

Randonneurs, méfiez-vous: les tiques sont également présentes en montagne

Il est recommandé aux personnes qui passent beaucoup de temps en plein air d’inspecter leur corps à la recherche de ces parasites après une promenade. Il y a encore quelques années, on pensait que les tiques étaient surtout présentes jusqu’à 800 mètres d’altitude. En réalité, ces arachnides suceurs de sang peuvent survivre jusqu’à 2000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il est donc important que les randonneurs se protègent également des piqûres de tiques et des agents pathogènes qu’elles peuvent transmettre, notamment les borrélies ou les virus de la FSME. On peut rencontrer même en altitude des tiques infectées par le virus de la FSME.

Limite d'altitude des tiques
Même en montagne, la protection contre les tiques est de rigueur. On en trouve jusqu’à 2000 m d’altitude.

En cas de suspicion d’infection suite à une piqûre de tique, mieux vaut consulter

Si des symptômes suspects tels que de la fièvre surviennent après une piqûre de tique, mieux vaut en parler à votre médecin. La tique peut avoir été infectée par des borrélies ou le virus de la FSME et ainsi vous avoir transmis les pathogènes lors de la piqûre.

Certaines mesures de protection permettent de réduire le risque de piqûre de tique. Il existe un vaccin efficace contre la FSME. Cliquez ici pour en savoir plus sur le vaccin contre la FSME. Il n’existe en revanche aucun vaccin contre la borréliose, mais des antibiotiques permettent de traiter cette infection bactérienne. Le mieux est d’éviter les piqûres de tiques en premier lieu. Certaines mesures de protection permettent de réduire le risque de piqûre de tique.

Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?

À propos de la campagne

«piqure-de-tique.ch» est une campagne de sensibilisation aux tiques et aux maladies transmises par les tiques. Vous trouverez sur ce site des informations complètes à propos des tiques, des moyens de protection contre les piqûres de tiques et des risques liés aux maladies transmises par les tiques. Prenez contact avec un médecin ou un pharmacien si des symptômes apparaissent suite à une piqûre de tique ou si vous avez des questions à propos de votre santé.
L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) salue la campagne «piqure-de-tique.ch».