Redirection dans 8

Vous allez quitter le site www.piqure-de-tique.ch et être redirigé vers un site externe. Le fournisseur de ce site externe est responsable du contenu et de l’exactitude des informations. Le fournisseur de www.piqure-de-tique.ch n’a aucune influence dessus.

L’essentiel en bref

Compte tenu de l’augmentation des cas de méningoencéphalite à tiques (FSME) au cours de ces dernières années, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a étendu les zones à risque de FSME. Désormais, toute la Suisse, à l’exception des cantons de Genève et du Tessin, est considérée comme une zone à risque de FSME. Le risque de borréliose touchait déjà toute la Confédération auparavant.

Les piqûres de tiques peuvent provoquer des maladies sérieuses à l’origine de séquelles en partie permanentes, voire fatales dans de rares cas. Les tiques peuvent notamment transmettre les agents responsables de la borréliose de Lyme et/ou de la FSME.

En fonction de leurs activités et de leur mobilité, les habitants de l’ensemble de la Suisse sont touchés

Le risque d’exposition peut varier en fonction de la profession (p. ex. agriculture, sylviculture) et des loisirs (p. ex. randonnées). Les personnes s’adonnant fréquemment à des activités en plein air ont un risque potentiellement plus élevé d’être piquées par une tique.

En Suisse, les tiques sont présentes jusqu’à 2000 m d’altitude environ. Elles vivent principalement en lisière de forêt, dans les clairières et près des sentiers forestiers et des haies des forêts de feuillus et des forêts mixtes comportant des zones herbeuses et buissonnantes denses, ainsi que dans les herbes hautes et les broussailles.